panse


panse

panse [ pɑ̃s ] n. f.
XIVe; pance 1155; du lat. pantex, icis « intestins, ventre »
1Fam. Gros ventre, bedaine. ventre. Loc. Se remplir la panse; s'en mettre plein la panse : manger beaucoup (cf. S'en mettre plein la lampe).
2(1562, du cheval) Zool. Premier compartiment de l'estomac des ruminants. rumen. Panse de brebis farcie. haggis.
3(1379) Partie renflée. Panse d'une cruche, d'une cloche. Vase à panse renflée. Panse d'une commode. galbe.
Partie ronde d'une lettre. La panse d'un a.

panse nom féminin (latin pantex, -icis, intestins) Une des quatre poches de l'estomac des mammifères ruminants, qui sert à l'accumulation de la nourriture. Familier. Gros ventre, estomac : S'en mettre plein la panse. Partie renflée d'un objet : La panse d'une cruche. Partie inférieure, renflée, d'un balustre. Partie principale du corps d'une cloche. Nom donné à plusieurs cépages blancs, produisant des raisins de table à grains volumineux. ● panse (homonymes) nom féminin (latin pantex, -icis, intestins) panse forme conjuguée du verbe panser pansent forme conjuguée du verbe panser panses forme conjuguée du verbe panser pense forme conjuguée du verbe penser pensent forme conjuguée du verbe penser penses forme conjuguée du verbe penserpanse (synonymes) nom féminin (latin pantex, -icis, intestins) Une des quatre poches de l'estomac des mammifères ruminants, qui...
Synonymes :

panse
n. f.
d1./d Première poche de l'estomac des ruminants. Syn. rumen.
d2./d Fam. Ventre. Avoir la panse pleine.
d3./d Partie la plus renflée d'un objet. Panse d'une bouteille.
d4./d Partie arrondie d'une lettre. La panse d'un "a".

⇒PANSE, subst. fém.
A. —1. ZOOL. La plus vaste des quatre poches gastriques des mammifères ruminants où s'accumule la nourriture, avant la rumination (d'apr. Agric. 1977). Synon. rumen. Ses chameaux pourront à l'aise remplir leur panse et boire, plusieurs jours durant, une ombre bienfaisante (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p.190). Membrane de la panse du mouton (Gdes heures cuis. fr., Éluard-Valette, 1964, p.233). V. chemin II B 3 ex. de Vidron.
2. a) Fam. Ventre (d'une personne), en partic., gros ventre. Synon. bedaine (v. ce mot I A). C'était une mer montante de bière, les tonnes de la veuve Désir éventrées, la bière arrondissant les panses, coulant de partout, du nez, des yeux et d'ailleurs (ZOLA, Germinal, 1885, p.1271). Papadakis tomba sur le derrière, se tenant la panse des deux mains, s'imaginant avoir le ventre crevé (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.174).
Loc. fam.
Se remplir, s'emplir la panse. Bien manger, manger beaucoup. Ôte l'amour à l'homme, que lui reste-t-il? L'égoïsme, l'avarice, l'ivrognerie, l'ennui et les plus misérables instincts (...); il ne songera qu'à se remplir la panse! (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p.147).
Au fig. S'emplir la panse. S'enrichir (Ac. 1935).
Avoir la panse pleine (gonflée, rebondie, ronde, ventrue). Avoir bien mangé, bien bu. L'Ami Fritz est un Alsacien (...) amoureux de bien-être, de bonne chère, et dont la panse toujours pleine et tendue fait sauter les boutons d'argent de son vaste gilet (A. DAUDET, Crit. dram., 1897, p.76). Imaginez le vieux Silène Ivre-mort, naturellement, Cuvant son vin, à panse pleine (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p.231).
Vieilli. Avoir les yeux plus grands que la panse (Ac. 1798-1878). Avoir moins d'appétit qu'on ne le croyait (d'apr. Ac. 1798-1878). Synon. vx de avoir les yeux plus grands que le ventre.
Manger à s'en faire crever la panse. ,,Manger avec excès`` (REY-CHANTR. Expr. 1979).
b) Loc. pop. Crever la panse à qqn. ,,Le tuer, l'éventrer`` (REY-CHANTR. Expr. 1979). Se faire crever la panse. ,,Se faire éventrer`` (REY-CHANTR. Expr. 1979). Ouvrir la panse à qqn. Le tuer. Allons l'addition, et magne-toi, grossis-le encore un peu ton magot avant que le petit père ne vienne t'ouvrir la panse... (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.43).
B.P. anal.
1. a) Partie renflée d'un objet, en particulier d'un récipient. Panse d'un alambic, d'un flacon, d'un vase; théière à panse ronde. On exécute tout d'abord la panse et le bec (...). On utilise un mortier de quartz et d'argile réfractaire qui est étendu et pilonné sur gabarit en tôle épousant le galbe de la panse (BARNERIAS, Aciéries, 1934, p.168):
♦ ... Alexandre Lefranc a publié dans son recueil de modèles d'orfèvrerie, avant 1810, une cafetière à la Dubelloi, ancêtre du moderne «filtre à café» avec sa panse ventrue et son haut col cylindrique.
GRANDJEAN, Orfèvr. XIXes., 1962, p.54.
b) Partie d'une cloche où frappe le battant. J'ai mis la main sur la reine des petites cloches... Elle porte sur la panse un Christ en croix, entre la Vierge et saint Jean (A. FRANCE, Lys rouge, 1894, p.135).
Spécialement
ARCHIT. ,,Partie inférieure renflée d'un balustre`` (NOËL 1968).
CALLIGRAPHIE. Partie arrondie et centrale de certaines lettres, prolongée par la haste ou la queue. On figura donc le B sous deux aspects: un b minuscule à panse carrée, dit b quadratum (...) ou b quarre, b carré, qui fut à l'origine du bécarre actuel et qui désignait le si naturel, et un b minuscule, à panse arrondie, le b rotundum, qui exprimait le si bémol et qui est devenu le bémol (BRENET, Dict. prat. et hist. mus., 1926, p.27).
La, une panse d'a. V. l'art. de la lettre a I. Au fig. Voici quinze jours que je n'ai pas écrit une panse d'a (BALZAC, Lettres Étr., t.3, 1845, p.168). Tu penses bien que je n'ai pu écrire une panse d'a, depuis ces douze jours (SAND, Corresp., t.5, 1870, p.372).
2. P. méton.
a) MAR. ,,Ancien petit voilier à coque ventrue`` (GRUSS 1952). Cette nuit, plusieurs navires partiront (...). Entre autres, la panse Vograst de Rotterdam (HUGO, Homme qui rit, t.3, 1869, p.72).
b) VITIC. Cépage blanc, produisant surtout des raisins de table, à grains volumineux. Panse commune, panse musquée (FÉN. 1970).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. pense(nt) (v. penser). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1155 «ventre» d'un homme (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 13089); ca 1212 emplir la pance (RAOUL DE HOUDENC, Eles, 217 ds T.-L.); ca 1223 (GAUTIER DE COINCI, Miracles, éd. V. F. Koenig, 1 Mir 11, 1606-1608: Ja n'ont il dieu fors que leur pances; C'est grans damages, c'est grans dielz Quant de leur pances font leurs diex); RICH. 1680 note ,,pour dire le ventre d'une personne, est burlesque``; b) 1188 d'un animal (AIMON DE VARENNES, Florimont, éd. A. Hilka, 2162); 1680 une panse de beuf (RICH.); 2. p. anal. a) 1379 «partie renflée d'un vase» (Inventaire du mobilier de Charles V, éd. J. Labarte, 1879, § 350, p.66); 1751 «partie renflée d'un fût de balustre» la panse ou renflement (Encyclop. t.2, p.50a, s.v. balustre); b) av. 1648 ne faire jamais une pance d'A «(en parlant d'un auteur) ne rien composer, ne rien rédiger» (VOITURE, Lettre 183 ds OEuvres, éd. Paris, Clousier, 1734, p.359); 1680 «corps de la lettre A» (RICH.). Du lat. pantex, -icis, le plus souvent empl. au plur. «intestins, ventre, abdomen», mot pop. concurrent de venter, v. ventre (ERN.-MEILLET). Fréq. abs. littér.:234. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 204, b) 1000; XXes.: a) 197, b) 170. Bbg. CHAUTARD Vie étrange Argot. 1931, p.598.

panse [pɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1360; pance, 1155; du lat. panticem, accusatif de pantex « intestins, ventre ».
A
1 Fam. Gros ventre, abdomen rebondi. Bedaine. || Avoir une grosse panse, une panse de chanoine… ( Obèse). Spécialt. Estomac (→ Fête, cit. 10, Villon; jour, cit. 34, La Fontaine).Se remplir, se garnir, s'emplir la panse; s'en mettre plein la panse (→ Plein la lampe). Manger.Avoir la panse ronde, pleine, rebondie : avoir bien mangé (→ Lors, cit. 1).
1 Deux grands pas avant lui on voit marcher sa panse.
Charles Dufresny, la Coquette de village, III, 2.
2 Ce n'était pas qu'on eût appétit, car on se gavait de raisin depuis l'aube, le gosier poissé de sucre, la panse enflée et ronde comme une tonne (…)
Zola, la Terre, IV, IV.
Loc. Crever la panse à qqn. || Se faire crever la panse : se faire tuer — ☑ Avoir les yeux plus grands que la panse (que le ventre, plus cour.). — ☑ Prov. À qui a la panse pleine, il semble que les autres sont soûls (repus) : les heureux ne voient pas la misère d'autrui ( Égoïsme). — ☑ Fig. S'emplir, se remplir la panse : s'enrichir.
Par métonymie. (Vx). || Une bonne, une grosse panse : un gros homme pansu.
2 (1562, du cheval). Zool. Premier compartiment de l'estomac des ruminants, appelé aussi rumen. Estomac. → Jabot, cit. 1.
B
1 (1379). Partie renflée (d'une chose, et spécialt, d'un récipient). || Panse d'une bouteille, d'une cruche, d'un pot. || Vase à panse renflée (→ Dressoir, cit.). || Panse d'une cloche. || Panse d'une chaudière, d'un alambic… || Panse supérieure, inférieure d'un balustre.Panse d'une commode. Galbe.Partie postérieure et élargie d'un collier de cheval.
2 Par métonymie. Ancien voilier à coque ventrue (→ Avarie, cit. 3).
3 Partie ronde (d'une lettre). || La panse d'un a. — ☑ Loc. N'avoir pas fait une panse d'a. A.
4 (1868, Littré). Vitic. Cépage blanc à gros raisins.
DÉR. Pansière, pansu.
HOM. Formes des v. penser et panser.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • panse — panse …   Dictionnaire des rimes

  • Panse — ist der Name folgender Personen: Carl August Panse (1828–1895), Rittergutsbesitzer und Mitglied des Deutschen Reichstags Friedrich Panse (1899 1973), deutscher Neurologe, Psychiater und T4 Gutachter Herbert Panse (1914–1980), deutscher… …   Deutsch Wikipedia

  • panse — PANSE. subst. f. Ventre. Il a la panse pleine. grosse panse. On dit fig. & prov. Aprés la panse vient la danse, pour dire, que Lorsque l on a fait bonne chere avec quelque excés, on ne songe qu à danser, qu à se divertir. On dit prov. d Un… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • pansé — pansé, ée (pan sé, sée) part passé de panser 1°   Qui a reçu les remèdes et les appareils nécessaires. Une plaie bien pansée. 2°   Qui a reçu le pansage. Un cheval pansé. 3°   Fig. et populairement. Cet homme est bien pansé, c est à dire il a… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Panse — Panse, Karl, geb. 1798 in Naumburg, war seit 1820 Hauslehrer bei Müllner; privatisirte seit 1823 u. wählte 1828 Weimar zum Aufenthalt, wo er 1832 Redacteur der Weimarischen Zeitung u. 1835 Professor der Geschichte u. Deutschen Literatur am… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • pansé — s.f. [adattam. del fr. pensée ], fam. [pianta erbacea con tipici fiori ornamentali] ▶◀ pensée, viola del pensiero …   Enciclopedia Italiana

  • panse — (pan s ) s. f. 1°   Ventre, dans le langage familier. •   Qu importe qui vous mange, homme ou loup ? toute panse Me paraît une à cet égard ; Un jour plus tôt, un jour plus tard, Ce n est pas grande différence, LA FONT. Fabl. x, 4. •   .... Me… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PANSE — s. f. Ventre. Grosse panse. Avoir la panse pleine. Il est familier. Prov. et pop., Se faire crever la panse, Se faire tuer à la guerre ou dans un combat singulier. Prov. et fig., Avoir plus grands yeux que grand panse, ou Avoir les yeux plus… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PANSE — n. f. Ventre. Avoir la panse pleine. Il est familier. Fig. et fam., S’emplir la panse, Faire son profit, s’enrichir. Il ne songe qu’à s’emplir la panse. Pop., Se faire crever la panse, Se faire tuer. PANSE se dit aussi du Premier estomac des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • panse — nf., ventre : panche nf. (Cordon), PANFE (Albanais.001, Annecy, Moye, Thônes), panse (001, Aix, Albertville.021, Ansigny, Chambéry, Thoiry, BEA.), panhhe (Montagny Bozel.), pinse (Arvillard.228), R.4 ; bôda nf. (Rumilly) ; bwèla nf. (Genève,… …   Dictionnaire Français-Savoyard